25 mai 2024

Les équipes techniques aux aguets

Les équipes techniques aux aguets

Les équipes techniques aux aguets

Ils sont les hommes et les femmes de l’ombre. Ceux qui travaillent d’arrache-pied dans les hangars, réparent et peaufinent les trimarans de course afin qu’ils soient prêts pour performer. Cette journée d’attente, tandis que les Ocean Fifty patientaient en mer le temps que le vent se lève, fut l’occasion de mieux connaître le fonctionnement de ceux qui entourent le skipper et son bateau. Steph, Grégoire, Axel et Laurent se sont livrés sur l’organisation de leurs équipes respectives et leur travail au quotidien.

Steph Kastler (Koesio) : le spécialiste de l’électronique et de l’informatique
Depuis 2021 aux côtés d’Erwan Le Roux, Steph fait partie d’une équipe relativement conséquente dans le paysage des Ocean Fifty : 6 personnes (boat captain, mateloteur, responsable du bureau d’études, responsable de l’accastillage, de la technique en générale, de l’électronique) se penchent au quotidien sur le trimaran violet qui a connu un important chantier cet hiver. « Nous avons réparé le bateau après la Transat Jacques Vabre, modifié l’aérodynamisme et travaillé sur l’électronique. Depuis début janvier, nous sommes dans le chantier. Le bateau a été mis à l’eau une semaine avant l’Act 1 de Saint-Malo, et j’avoue que cela fait du bien de le voir naviguer. » Chacun a sa spécialité, sachant que tous mettent la main à la pâte quand le temps presse. Steph se souvient de ses débuts avec Erwan, à l’époque où ils n’étaient que deux : « On faisait tout, on se débrouillait comme on pouvait. C’est sûr qu’à chaque fois, nous vivons les régates par procuration : quand le bateau part en course, on est soulagé mais en veille permanente ». Son meilleur souvenir séquence-émotion ? « La deuxième victoire d’Erwan sur la dernière Route du Rhum. C’était quelque chose de le voir arriver en Guadeloupe devant Quentin Vlamynck qui avait mené la course quasiment de bout-en-bout ».

Grégoire Potot (Le Rire Médecin – Lamotte) : un boat captain touche-à-tout
Un brin fatigué par de longs mois de chantier, Grégoire explique le rôle d’un boat captain : « C’est celui qui s’assure de la bonne marche du bateau, du chantier et de la gestion des plannings. Le boat captain assure également les convoyages du bateau quand il change de plan d’eau pour les courses. » Grégoire Potot est marin à la base, connaisseur des multicoques et passionné de courses. Dans l’équipe de Luke Berry, ils ne sont que 2 permanents aidés d’apprentis pour la partie logistique. C’est peu. « Nous sortons d’une véritable reconstruction du bateau qui nous a demandé de faire appel à des intervenants très spécialisés. La technologie des bateaux évolue. Je sais faire beaucoup de choses mais il est évident que certains travaux pointus demandent de l’expérience en la matière. » poursuit Grégoire. Lève-tôt et couche-tard, le boat captain ne compte pas ses heures lorsque l’équipe est en mode course : nettoyage de la carène avant l’appareillage du ponton, réparations éventuelles et contrôles du bateau dès le retour de la régate. « Quand la journée a été bonne pour Luke (Berry), c’est une vraie satisfaction » poursuit-il. Son souvenir-émotion ? « Vendredi dernier, quand nous avons navigué après la remise à l’eau du bateau. Il y avait 20 nœuds de vent et on retrouvait toutes les sensations. Un pur plaisir de renaviguer avec Le Rire Médecin – Lamotte ! » confie Grégoire.

Axel Nicoleau (Realites) : le Boat Captain nouvellement arrivé
4 personnes entourent le nouvel Ocean Fifty Realites et son skipper Fabrice Cahierc. Axel, fraîchement nommé boat captain, confirme que son métier demande une certaine organisation : « Cocher la job list, gérer les commandes, s’occuper de l’entretien, optimiser le bateau qui est un peu notre bébé, cela représente beaucoup de choses à faire. Et quand les gars rentrent et qu’ils sont contents, c’est notre satisfaction du travail bien fait ! » explique Axel. Les Ocean Fifty Series impliquent le déplacement de l’équipe entière, indispensable au quotidien pour que le bateau soit toujours parfaitement optimisé. « On vit la course avec la même intensité que notre skipper. S’il prend un bon départ, on est trop content. C’est aussi un soulagement quand ils partent naviguer, mais sur les offshore, nous restons joignables à tout moment en cas de pépin » poursuit le boat captain de Realites. Son souvenir-émotion ? « Pas plus tard qu’avant-hier, quand Realites fait une super journée et termine premier du classement général provisoire. »

Si chaque team est forcément concurrent sur les courses, à terre, l’entraide et la solidarité ne sont pas de vains mots. « Je n’hésite pas à demander à Laurent, le boat captain de Solidaires En Peloton si j’ai besoin d’un coup de main. Nous sommes dans le même hangar à Saint-Malo » sourie Grégoire. Laurent, avec 20 ans d’expérience dans la voilerie, la fabrication de bateaux et le matelotage, tourne depuis plusieurs années avec Thibaut Vauchel-Camus. Il se souvient avec émotions de « son » magnifique multicoque bleu dans la Baie de Tous les Saints, au Brésil : « L’arrivée de Thibaut sur la Transat Jacques Vabre en 2019 sur une patte, c’était une image de dingue. C’est mon plus fort souvenir… » Un skipper et un bateau, et surtout toute une équipe technique derrière sans laquelle ils ne feraient rien…

 

ACT 1 – SAINT MALO, le 24 Mai 2024. OCEAN FIFTY SERIES

+ d’articles

  • 23 juin 2024
    Sébastien Rogues et son équipage sur Primonial, vainqueurs à domicile
  • 22 juin 2024
    Solidaires En Peloton en tête devant Les Sables d’Olonne

Ocean Fifty Series

Ocean Fifty Series

SAISON 2024